La mémoire des diables et des démons

vendredi, octobre 14, 2016 Iris d'Automne 1 Comments


Les fiélons, ces êtres maléfiques et quasi immortels qui se disputent les âmes damnées se divisent en deux catégories : diables et démons. Les premiers penchent du côté de l'axe de la Loi et les seconds vers le Chaos. Il ne s'agit pourtant pas de la seule différence entre eux. L'une d'elle est la capacité à se rappeler son identité passée et à réagir en fonction de ce passé perdu.


Quand un humanoïde damné arrive dans la Fournaise, son âme est capturée par les chasseurs diaboliques. La traque des damnés est un loisir apprécié au point qu’il arrive qu’on laisse les nouveaux venus filer un peu, pour mieux les terrifier et les tourmenter après.

Quelques âmes considérées comme précieuses ou utiles sont gardées prisonnières dans les forteresses des hospodars, mais la majorité est traînée jusqu’aux « bains de poix » où l’on « fabrique » les lémures. Le principe est simple : faire souffrir les malheureux si atrocement qu’ils renonceront à leur identité. Plus ils cherchent à garder leurs souvenirs ou leurs idéaux, et plus le calvaire est long. Parmi les tortures les plus communes, on compte la plongée des âmes dans des sortes de mares de boue bouillante. Quand une âme renonce à exister, son aspect fond et devient celui d’un lémure.

Une fois que cette transformation écœurante a eu lieu, il n’y a plus qu’un moyen de retrouver des parcelles de l’identité du défunt : retrouver le vrai nom du diable. Il s’agit là d’une des différences fondamentale avec les démons de Mélancolia qui gardent parfois des souvenirs vivaces de leur ancienne vie et peuvent reconnaître – pour le meilleur ou le pire – d’anciens proches.




Un lémure, un être sans identité et de pure souffrance, par Gawain

1 commentaire: